Qu’est-ce que le mutualisme

Le mutualisme est une doctrine économique basée sur la mise en commun d’expériences et de moyens en vue d’offrir à ses bénéficiaires les meilleurs services au meilleur coût. Le mutualisme fait partie de l’économie sociale et solidaire reposant sur des valeurs qui placent l’homme au centre de la vie économique et sociale.

mutualismeIl a une structure juridique préférentielle et associée : la coopérative.

Le Crédit Agricole banque coopérative et mutualiste a ainsi une organisation différenciante. Le pouvoir n’est pas réparti au prorata du capital comme c’est le cas au sein d’une entreprise capitaliste où le principe « une part de capital (une action), une voix » règne. Au contraire, dans notre  coopérative, à l’assemblée générale, c’est la règle: «une personne, une voix ».

Ainsi le sociétaire ne se compare pas au petit actionnaire d’une société par actions. Car dans la coopérative,  non seulement aucun des sociétaires n’a la majorité des droits de vote ; mais surtout personne n’a plus de pouvoir que les autres. De surcroît, dans l’entreprise commerciale, l’actionnaire se retire lorsque survient une difficulté, car ses actions ne sont plus assez rentables.

Lorsqu’une entreprise de l’Economie sociale doit faire face à des incidents de parcours, les sociétaires conjuguent leurs efforts pour la relancer.

Le Crédit Agricole banque coopérative et mutualiste recherche une utilité sociale

Cela nous distingue fondamentalement des banques commerciales axées sur la rentabilité. De fait, les caractéristiques propres au statut coopératif et mutualiste conditionnent les objectifs de ces entreprises. L’efficacité de la gestion ne repose pas uniquement sur la maximisation de la richesse des actionnaires comme c’est le cas dans les banques commerciales mais également sur un consensus implicite entre différents groupes d’intérêt, à savoir les sociétaires – clients, les administrateurs, les dirigeants et les salariés. En d’autre terme, un nombre étendu de «  parties prenantes ».

Les administrateurs de caisse locale, de caisse régionale, élus en assemblée générales,  sont d’abord des sociétaires – clients. Ils recherchent  les avancées sociales que l’entreprise pourrait apporter à l’ensemble de la communauté des sociétaires – clients.

Le pôle managérial, représenté par les dirigeants et salariés est plutôt à la recherche de l’efficacité économique. Ainsi ces deux pôles, partie prenante de la coopérative doivent œuvrer pour le bien de celle-ci et répondre aux attentes de la société.

Une entreprise mutualiste est ainsi faite, elle  fonctionne si selon une logique différente, moins turbulente fruit d’un consensus partagé.

Le Crédit Agricole banque coopérative et mutualiste s’inscrit dans le temps

Cette logique constitue notre avantage et notre pérennité à travers les générations. Ni opéables, ni cessibles, nous assurons la transmission d’un patrimoine collectif aux générations suivantes ; ce patrimoine lui-même hérité de  nos prédécesseurs. Nous créons une richesse économique qui profite aux acteurs (fournisseurs, clients, salariés) et irriguent les métiers et les territoires.

Toutes ces spécificités sont un gage de durabilité et de projection dans l’avenir. D’autres sociétés traditionnelles bien connues ont écrémé le marché, et ont disparu lorsqu’elles n’étaient plus assez rentables. Par contre, la banque de proximité, acteur de l’Economie sociale s’efforce de continuer à exister sur son territoire. En effet, nous cherchons à dépasser l’immédiat du marché pour s’inscrire dans la durée.

Nous nous en donnons les moyens en respectant des valeurs qui conduisent notre action. Elles nous ont, tout d’abord étés « génétiquement transmises » par l’histoire du Crédit Agricole. Elles s’imposent d’elles mêmes de par notre organisation et notre propre volonté.